Registration Dossier

Administrative data

Hazard for aquatic organisms

Freshwater

Hazard assessment conclusion:
PNEC aqua (freshwater)
PNEC value:
5.88 µg/L
Assessment factor:
50
Extrapolation method:
assessment factor
PNEC freshwater (intermittent releases):
560 µg/L

Marine water

Hazard assessment conclusion:
PNEC aqua (marine water)
PNEC value:
0.59 µg/L
Assessment factor:
500
Extrapolation method:
assessment factor
PNEC marine water (intermittent releases):
56 µg/L

STP

Hazard assessment conclusion:
PNEC STP
PNEC value:
12.9 mg/L
Assessment factor:
1
Extrapolation method:
assessment factor

Sediment (freshwater)

Hazard assessment conclusion:
no data available: testing technically not feasible

Sediment (marine water)

Hazard assessment conclusion:
no data available: testing technically not feasible

Hazard for air

Air

Hazard assessment conclusion:
no hazard identified

Hazard for terrestrial organisms

Soil

Hazard assessment conclusion:
no data available: testing technically not feasible

Hazard for predators

Secondary poisoning

Hazard assessment conclusion:
no potential for bioaccumulation

Additional information

Conclusion on classification

Nocivité de l’acétylacétonate de fer pour les milieux aquatiques :

 

En ce qui concerne la classification de l’acétylacétonate de fer vis-à-vis de sa nocivité pour les milieux aquatiques, les données issues des tests de toxicité à court terme (CL50comprise entre 10 et 100 mg/L) indique une certaine toxicité de la substance à enregistrer, ce qui selon le système GHS (Global Harmonized System) reviendrait à classer l’acétylacétonate de fer dans la catégorie « Aquatic Acute 3 ». Cependant cette catégorie n’est pas retenue dans le système CLP (Classification, Labelling and Packaging). En accord avec l’inventaire C&L disponible sur le site internet de l’ECHA, l’acétylacétonate de fer n’est donc pas classifié comme nocif pour les milieux aquatiques sur la base de la toxicité aigüe.

 

Concernant la nocivité de l’acétylacétonate de fer envers les milieux aquatiques du point de vue de sa toxicité à long terme (toxicité chronique), une NOEC comprise entre 0.1 et 1.0 mg/L a été relevée pourDaphnia magna(classant théoriquement l’acétylacétonate de fer en catégorie « Aquatic Chronic 3 » selon la réglementation GHS et CLP). Cela dit, le jeu de données pour la toxicité chronique de l’acétylacétonate de fer est incomplet (données existantes seulement pour des espèces de seulement 2 niveaux trophiques) ce qui induit que le raisonnement à suivre pour évaluer et classifier sa nocivité à long terme envers les milieux aquatiques ne peut se faire qu’avec les données complètes de toxicité à court terme (toxicité aigüe). Dans ce cas précis, la biodégradabilité et le potentiel de bioaccumulation de la substance sont aussi à considérer (se référer aux législations CLP et GHS). Les données issues des tests de toxicité à court terme indique au moins une CL50comprise entre 10 et 100 mg/L mais l’acétylacétonate de fer est considéré comme rapidement biodégradable (se référer à la section 5.2 de ce dossier) et à faible potentiel de bioaccumulation avec un log Koe inférieur à 4.0 (se référer à la section 4.7 de ce dossier). En accord avec l’inventaire C&L, l’acétylacétonate de fer n’est donc pas non plus classifié comme nocif pour les milieux aquatiques sur la base de la toxicité chronique.

 

Nocivité de l’acétylacétonate d’aluminium pour la couche d’ozone :

 

La substance à enregistrer (acétylacétonate de fer) est considérée comme n’ayant pas d’effet néfaste sur la couche d’ozone, n’étant elle-même pas considérée comme volatile.